#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

mardi 13 janvier 2009

La reconnaissance

Parmi les besoins fondamentaux des hommes, il y a celui de sa reconnaissance.
Il faut vraiment qu'une personne n'ait plus d'ego humain, pour ne rien ressentir lors d'une reconnaissance quelconque.
Cette reconnaissance est avant tout, un sentiment de valeur d'existence.

Lorsque l'âme vient s'incarner, elle connait et reconnait la vie physique et matérielle.
La naissance est alors une nouvelle aventure.
Le fait d'être reconnu des autres âmes apporte un sentiment d'utilité et une affirmation par les hommes du bien-fondé de cette vie.

On pourrait dire aussi re-co-naissance.
C'est à dire une naissance qui se fait de nouveau, en co-création divine.

Si ce besoin fondamental est légitime, il est important cependant de veiller à ce qu'il ne devienne pas un défaut ou une maladie.

La reconnaissance doit être naturelle et une personne saine doit l'accepter telle quelle est.
Un merci, un sourire, un petit geste sont des signes de reconnaissance qui doivent s'avérer suffisants à une personne équilibrée.

Par contre, lorsqu'il y a sentiment de manque, c'est qu'il y a blessure et qu'il est important de la guérir.

Faire en attendant un retour obligatoire, n'est pas lumineux.
C'est emprunt de manque, de peur de ne pas être aimé ou reconnu ou encore d'être rejeté.
Donner en pensant que la personne qui reçoit devient redevable envers soi n'est pas lumineux non plus.

Je vous relate une histoire qu'on m'a racontée :
Un jour, un grand maître reçu un parapluie de la part d'une dévote. Cette personne pensait, 'quand il pleuvra et que le maitre voudra sortir, c'est grâce à moi qu'il sera protégé !'
Elle s'enorgueillissait de cette situation.
Et la pluie vint à tomber.
Le maitre fit quelques pas dehors avec ce parapluie, mais rencontra une dame qui n'en avait pas et lui offrit.
La dévote fut offusquée ! Comment peut-il lui offrir Mon parapluie ?!

Elle ne se sentait pas reconnue dans son rôle de sauveur du maitre... !

Bien souvent, les hommes agissent ainsi.
Il offrent ou font des choses pour les autres, mais avec un grand besoin que ça leur revienne.
Et si la personne leur dit 'c'est grâce à toi' 'tu es tellement important' 'sans toi je n'y serai pas arrivé' 'tu es indispensable'... alors c'est le point culminant de la reconnaissance...
Sans compter les diplomes, médailles, décorations...

Pourtant, la première reconnaissance à avoir et la plus importante est la notre !
Celle de se reconnaitre esprit divin, unique et important dans sa propre expérience de vie !

Le jour, ou nous nous reconnaissons ainsi, le reste n'a quasiment plus d'importance.
On fait par amour et non par besoin.
Et c'est là une grande différence !

Soyez tous honorés dans votre personnalité d'humains divins.
joéliah
amourdelumiere.fr
Merci de diffuser en gardant la source y compris cette ligne.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails