#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

lundi 24 septembre 2007

Le laboureur et le trésor

Un laboureur entend un bruit bizarre sous le soc de sa charrue.
Il va voir, et déterre un coffre rempli de pièces d'or.
Une fortune pour lui! Il l'enterre au fond de son jardin. Qu'en faire? Il imagine quantité d'achats possible et décide finalement… de ne rien décider. Ce coffre de pièces d'or, ce trésor sera sa sécurité en cas de coup dur.
Et cette sécurité change son caractère : de tendu, le voilà relaxé, de grincheux il devient aimable, d'intolérant il devient tolérant…
…Il vit une belle vie, heureuse, sachant que quoiqu'il lui arrive, il pourra faire face.
Sa dernière heure arrive. Avant d'expirer, il réunit autour de lui ses enfants et leur livre son secret. Puis il meurt.
Le lendemain, ils creusent à l'endroit indiqué, et trouvent le coffre, mais… il est VIDE!
Le laboureur s'était fait voler son or des dizaines d'années auparavant!




Lorsque vous avez une idée qui vous fait du mal, pensez à cette histoire. Est-ce vraiment le fait lui-même qui vous fait du mal, ou les pensées que vous lui accordez?
Le Dr Maxwell Maltz, chirurgien esthétique, se trouvait confronté à un problème étonnant : certains de ses patients continuaient à se comporter, après l'opération, comme si l'imperfection dont ils souffraient auparavant était toujours là.


En les interrogeant, il comprit que ce n'était pas l'imperfection elle-même qui leur donnait des complexes, mais l'idée qu'ils en avaient.
Nous avons tous, dans notre coeur et dans note tête, une image de nous-même. C'est cette image qui détermine le champ de nos possibilités. C'est cette image qui peut être à l'origine de nos complexes, de notre manque de confiance en nous.
Si vous avez déjà assisté à une séance d'hypnose, vous avez été étonné à la fois par les prodiges que peut réaliser une personne sous hypnose : tendre ses muscles d'une manière telle que l'on peut se servir du corps de l'hypnotisé comme d'une planche, le poser entre deux chaises et même s'asseoir dessus, lui faire jouer d'un instrument de musique alors qu'il s'en croyait incapable, le faire dessiner à la manière d'un peintre professionnel, etc.
Mais vous avez aussi été fasciné par les limites que l'hypnotiseur peut imposer à la personne. Par exemple, lui faire oublier le nombre 3, et qu'elle se mette à compter 1,2,4,5,6…11,12,14 etc. Provoquer une impression de brûlure douloureuse, puis une formation de cloque alors que tout est imaginaire…



Contrairement à ce que l'on pourrait croire, dans notre vie courante, nous sommes en permanence hypnotisés. Nous sommes hypnotisés par de fausses croyances, et nous nous comportons comme si elles étaient la réalité.
Le laboureur avait-il tort d’être heureux?
Certainement pas. Il aurait eu tort… d’être malheureux, tout comme ceux qui se croient incapables d'inspirer l'amour, de réussir ou de devenir riches. Le champ de nos possibles est infini.
Et si ce laboureur s'était cru dépossédé parce que son coffre de pièces d'or avait disparu, aurait-il dû en être désespéré ?


Nous sommes tous riches. Riches de potentialités extraordinaires. Riches parce que nous sommes uniques. Riches parce que nous vivons.
Souvent, je suis étonné par le désespoir de personnes qui manquent d'argent. Elles se croient pauvres.
Je leur demande : combien seriez-vous prêt à me vendre votre main gauche? Et votre main droite? Et votre jambe gauche? Bien souvent aucune somme ne serait suffisante pour payer tout cela. Le simple fait de vivre est une richesse.
Le fait de voir des couleurs, la beauté de la nature est une richesse – demandez à un aveugle.
Le fait d'entendre les sons, leur harmonie comme leur discorde, de goûter le silence, d'être porté par la musique est une richesse – demandez à un sourd.
Le fait de pouvoir se déplacer, monter un escalier, sauter, courir est une richesse – demandez à une personne qui est en fauteuil roulant.
Le fait de pouvoir savourer les goûts, les saveurs, les nuances des aliments est une richesse – demandez à celui qui a perdu le goût.
Le fait de sentir, d'aimer, de rire, de manger, de toucher, de savoir lire et écrire, d'avoir chaud… la liste de nos richesses quotidiennes, que nous oublions d'apprécier, tant nous sommes hypnotisés par d'autres préoccupations, est bien longue!
Nous avons tous, au fond de notre jardin intérieur, un trésor caché, qui vaut beaucoup plus que toutes les pièces d'or du monde…

---------------------------------------------------------------------

Histoires Magiques
Du Club-Positif
Par Christian H. Godefroy

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails