#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

mercredi 21 février 2007

Comment gérer ses émotions ?

Elles nous prennent par surprise, nous submergent, nous font agir contre notre volonté : comment arriver à remettre nos émotions à leur place ?

Pourquoi doit-on apprendre à maîtriser ses émotions ?
Parce que les émotions sont là quoi qu'on fasse, et ne nous demandent pas notre avis pour apparaître ; c'est comme une force qui est en nous pour le meilleur et pour le pire. Nous n'avons donc pas le choix : soit on les subit, soit on les pilote.

Je compare souvent les émotions à des chevaux : les réguler, c'est maîtriser quelque chose de vivant, et au départ de plus fort que nous. Les émotions sont de bons serviteurs, mais de mauvais maîtres. Ce sont des forces biologiques qu'il faut absolument apprendre à conduire.

Comment ça marche, les émotions ?
Si l'on se concentre sur les grandes émotions négatives, puisque les positives ne nous posent pas de problèmes, elles sont trois : la honte, la colère, et la peur.
Toutes ces émotions se déclenchent fréquemment chez nous. Chaque fois que je serai doublé dans la queue de la boulangerie, je serai frustré - ce qui est un dérivé de la colère ; chaque fois que je vivrai une déception, qu'un ami s'éloignera de moi, j'aurai de la tristesse, etc.
Les émotions sont une sorte d'intelligence pré-verbale, qui s'enclenche en réaction aux situations avant même que nos mécanismes de décodage et de compréhension n'aient eu le temps de s'effectuer.

Comment maîtriser ses émotions ?
Comme nous venons de le voir, les émotions sont là avant les pensées. Mais après cette première phase, la manière dont nous allons lire la situation va pouvoir soit amplifier, soit alléger la situation de départ. Par exemple, si quelqu'un me passe devant dans une file d'attente, je vais avoir un petit mouvement naturel d'irritation, que je vais pouvoir aggraver en me disant "mais pour qui il se prend !" ou que je vais pouvoir contrôler en me disant que ce n'est pas grave.

Les hyper-émotifs doivent absolument se contrôler, car plus on laisse libre cours à son émotion, plus on la renforce et plus elle aura tendance à s'exprimer librement et souvent. Aux inhibés, au contraire, on va apprendre qu'ils ont le droit de ne pas être d'accord et de l'exprimer calmement, et non pas de tout garder avant d'exploser.

Comment tirer parti de ses émotions ?
Les émotions sont des très bons "starters" pour nous mettre sur la voie de ce qui ne va pas. C'est pour cela qu'il faut toujours les respecter et les écouter. Si je suis très triste, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans ma vie, et je dois trouver quoi.
Mais je respecte aussi mon libre-arbitre. Une fois que les émotions ont joué leur rôle de signal d'alarme pour nous indiquer ce qui ne va pas, il ne faut pas que ce soient elles qui gèrent l'affaire jusqu'au bout ; l'esprit doit reprendre le contrôle pour déterminer de la réponse appropriée à l'incident.

Il faut apprendre à faire la différence entre la situation, l'émotion, et les pensées. C'est ainsi que l'on pourra augmenter sa capacité de choix : est-ce que j'exprime mes sentiments ou non ? A quel moment ? Comment ? Et dans quel but ?


Christophe André, psychiatre.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails