#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

jeudi 18 mars 2010

La compassion

“Manifester de la compassion, pratiquer la compassion, c’est accepter de ne rien avoir en retour, de ne pas savoir ce qu’il adviendra de ce qu’on a donné, de ne pas être certain de la manière dont notre attitude ou notre action sera perçue par l’autre ou par ceux qui seront témoins de notre action.”

“La compassion n’est pas liée à la souffrance. Lorsqu’elle remplit un être,
elle peut se manifester au quotidien par des attitudes positives dans les
actes humbles de la vie...
Elle consiste à être prévenant, attentif au bien-être de l’autre, à être patient derrière une voiture conduite par quelqu’un qui cherche son chemin, ou lorsque la caissière du supermarché doit changer le rouleau de papier de sa caisse enregistreuse.”

Définir la compassion

“Un jour lors d’une conférence, un grand médecin, scientifique de haut niveau, prit la parole pour dire son refus du terme “compassion”, utilisé par une infirmière qui faisait un exposé. Il voulait souligner que “compatir” signifie “souffrir avec” et qu’on ne peut pas souffrir avec tous les patients que l’on rencontre dans une journée de travail, “sinon on serait mort au bout d’une semaine !”, ajoutait-il. Cet incident, parmi d’autres, nous encouragea à nous intéresser à la notion de compassion, qui pour nous, semble essentielle.

A une autre occasion, un jeune homme nous raconta qu’il s’était converti au bouddhisme car, à son avis, il n’y avait que dans cette approche spirituelle que l’on s’intéressait à la compassion et qu’on proposait des moyens de devenir des êtres compatissants.

Il est certain que ce sont les représentants du boudhisme, Dalaï-Lama en tête, qui ont le plus écrit sur le thème de la compassion.
Dans le christiannisme, on a souvent confondu compassion avec pitié, apitoiement, commisération. Pourtant, le christiannisme présente, dans ses textes fondateurs, un Père plein d’amour et de compassion qui pardonne et accorde gratuitement les grâces demandées...

En fait, il ne peut y avoir une seule définition de la compassion. En fonction des croyances, convictions religieuses, expériences de vie, la compassion s’exprime en chaque individu comme une réponse unique liée à ses choix de vie...
La compassion repose sur la conscience, la confiance, le discernement, la compétence et l’engagement vers l’autre...

Barbara DOBBS & Rosette POLETTI

Retrouvez leurs nombreux livres ici

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails