#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

jeudi 17 avril 2008

Trouver la bonne distance

Trouver la bonne distance dans une relation proche n’est pas facile, c’est toujours une démarche sensible, délicate, qu’il faut apprivoiser dans chaque rencontre. Nous allons, le plus souvent, vers ceux qui paraissent importants pour nous, avec beaucoup de contradictions.

Avec le désir de les sentir proches, de vivre plus de choses avec eux et, en même temps, avec le désir de rester à l’écoute de leur sensibilité, de ne pas les importuner, de ne pas peser sur eux. Nous voulons pouvoir manifester notre intérêt ou notre attention tout en voulant qu’ils l’acceptent sans avoir à quémander ou à imposer. Le besoin de présence et, surtout, de l’attention de celui ou de celle pour qui nous avons de l’attachement peut être vécu par ceux-ci comme inconfortable, parfois même comme intrusif.

L’un des paradoxes des relations proches, c’est que le besoin d’intimité de l’un et de l’autre, en termes de temps et d’espace, risque de devenir contradictoire. L’un pouvant dire : « C’est avec toi et seulement avec toi que j’ai envie de vivre de l’intimité… », l’autre tentant de faire entendre : « Mon besoin d’intimité ne se limite pas à toi, j’ai un besoin d’intimité personnelle dans laquelle tu n’es pas toujours présent… » Ainsi, notre intimité risque d’être maltraitée par celui ou celle qui prétend nous aimer ou vouloir notre bien-être.

Cela commence tôt dans la vie d’un enfant, avec des questions intrusives : « A quoi tu penses ? », « Veux-tu me dire ce qui te passe par la tête quand tu rêves ? » et, par la suite : « J’ai besoin que tu me parles de toi, que tu me dises tout, que tu ne me caches rien de ce que tu vis, de tes sentiments… » Tout se passe comme si chacun, dans un donner-recevoir subtil, devait se signifier en permanence comme ouvert, disponible à l’échange et au partage.

Ma naïveté fut longtemps de croire que ceux qui manifestaient quelque considération pour moi pouvaient entendre mon besoin de retrait, de réserve ou de solitude. Le plus difficile est de dire non à une attente de ceux qui nous aiment, attente chez eux qui cherche à s’imposer comme une évidence pour nous ! « On se voit si peu, c’est important pour moi de savoir ce que tu vis ! »(...)

La bonne distance est à inventer à chaque rencontre, elle n’obéit à aucune règle, sinon celle d’écouter les milles signes qui peuvent s’accorder et s’amplifier.

Source : Article de Jacques Salomé - décembre 2004

Qu’est-ce qu’avoir la bonne distance ?

La bonne distance serait le point de vérité entre soi et les autres. Quand on le trouve, on le reconnait. On est soi-même, tout en respectant l’autre. Dans ce cas, nous ne sommes pas plus envahis que nous envahissons, nous ne détruisons pas l’autre plus qu’il ne nous détruit. Dans la relation à l’autre, notamment dans la relation amoureuse, des pulsions de possession et de destruction sont en jeu. Quand on ne sait pas s’accommoder de ses émotions ni de celles des autres, laisser leur juste place, on devient fusionnel ou au contraire on prend la fuite. Ce sont les deux extrêmes d’une distance qui n’est pas la bonne.

Comment faire pour la trouver ?

Il faut apprendre à composer avec ses émotions. Quand on a réussi à mettre en pensée ses émotions, ses pulsions, ses désirs et ses angoisses, on se connait mieux. A partir de là, on sait trouver la réaction adaptée, celle qui tient compte de nos émotions bien sûr mais aussi de la situation donnée, des attentes ou des craintes des autres. Quand quelqu’un vous plait fortement, par exemple, vous ne lui sautez pas dessus immédiatement, vous envoyez des signes, vous en recevez d’autres pour passer à l’acte. Sinon, ça risque de très mal se passer. Eh bien, c’est cette vigilance là, qu’il faut avoir. Au lieu de laisser surgir violemment une émotion, un sentiment, apprendre à l’apprivoiser ou à le différer. C’est la dialectique du respect de soi et de l’autre.

Source : Interview de Jean-Jacques Moscovitz, psychanalyste et co-auteur du livre "Une psychanalyse, pour quoi faire ?" avec Philippe Grancher.

TEST : Vous tenez-vous à la bonne distance? proposé par Aufeminin.be

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails