#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

vendredi 18 janvier 2008

Vivre l'instant présent

Il y a dans chaque semaine
Deux jours
Pour lesquels on ne devrait pas se tracasser!

Deux jours
Qui devraient être exempts de la crainte et de l'appréhension !

L'un de ces jours est hier
Avec ses erreurs et ses soucis, ses fautes et ses bévues
Ses maux et ses peines.
Hier, s'échappe à jamais de nos mains.

Tout l'or du monde ne peut faire revivre hier.
Nous ne pouvons défaire un seul des actes posés.
Nous ne pouvons retirer une seule des paroles prononcées.
Hier, n'est plus.

L'autre jour qui ne devrait pas nous inquiéter
Est demain
Avec ses misères possibles, ses fardeaux
Ses larges espérances et ses pauvres accomplissements.
Demain est aussi hors de notre portée.

Demain
Le soleil se lèvera dans toute sa splendeur
Ou derrière un écran de nuage, mais il se lèvera.
Jusqu'à cet instant, nous n'avons pas de prise sur demain
Parce qu'il est encore à venir.

Il ne reste qu'un jour - aujourd'hui.
Tout homme peut livrer les combats d'un seul jour.
C'est seulement lorsque vous et moi ajoutons
Les fardeaux de ces deux redoutables éternités
Hier et demain - Que nous sommes vaincus !

Ce ne sont pas les épreuves d'un seul jour qui rendent les hommes fous.
C'est les remords ou la rancœur des incidents qui sont arrivés
Hier et la crainte de ce que demain peut apporter.
Vivons donc un seul jour à la fois.

Source : www.lespasseurs.com

Vivre l’instant présent

Les sagesses anciennes, la psychologie moderne, les coachs…, tous sont unanimes : il nous faut apprendre à vivre « ici et maintenant ». Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ? Coup de projecteur sur un concept ardu entré dans la vie courante.

Vous êtes dans votre cuisine et préparez le repas du soir. Mais votre esprit est envahi par mille réflexions qui vous ont agacé au travail dans l’après-midi, alors que vous étiez en réunion. Stop ! Respirez. Revenez à ce que vous faites. Sentez le parfum des légumes que vous êtes en train d’éplucher, regardez les couleurs dans la cocotte, écoutez la musique qui s’échappe de votre salon et réjouissez-vous : vous êtes sur le point de dîner avec ceux que vous aimez.

Rien d’autre à vivre en ce moment, alors profitez-en. Revenir à vos sensations corporelles vous y aidera. Pourquoi vous inquiéter de ce qui a été, ailleurs, et sur lequel vous n’avez plus aucune prise ? Hier est passé, demain est un autre jour. Vous verrez bien alors de quelle énergie vous disposez pour améliorer vos relations, ou finaliser votre travail. Entre-temps, vous serez différent, les autres aussi, et la réalité à affronter sera forcément nouvelle.

D’apparence facile, ce petit exercice repose en réalité sur le socle fondamental des sagesses les plus anciennes, de la philosophie grecque au bouddhisme, et sur les dernières découvertes en psychologie positive, des thérapies cognitives à la méthode Vittoz : « vivre l’instant » y apparaît comme la solution à la plupart de nos problèmes, et l’un des moteurs les plus puissants pour accomplir ce que nous voulons.

Encore faut-il savoir ce que l’expression recouvre. Car au fil des décennies de notre « hypermodernité », le terme a pris différentes significations. Lutter contre le stress et l’anxiété Rien à voir avec le carpe diem joyeux, créatif et… gaspilleur des années 1970. « À l’époque, c’était cool de vivre au jour le jour », comme le rappelle avec ironie la publicité pour un groupe d’assurances. En photo sous ce slogan, une jeune hippie visiblement frappée d’inertie et d’insouciance. Triomphait alors « la culture du « tout, tout de suite », sacralisant les jouissances sans interdits, sans préoccupations des lendemains », comme le rappelle le philosophe Gilles Lipovetsky (1). Ces temps heureux de la croissance économique, du consumérisme tous azimuts nous laissaient croire que « le présent avait réussi à canaliser toutes les passions et les rêves ». Le vivre pleinement revenait donc à le dépenser, à se dépenser, à dépenser tout, puisque nos ressources semblaient illimitées. Très vite, les temps ont changé. « À partir des années 1980 et surtout 1990, un « présentisme » de seconde génération arrive, poursuit Gilles Lipovetsky. Une certaine insouciance des jours a vécu : c’est dans l’insécurité que se vit, de manière croissante, le présent. » Celui-ci devient alors un formidable outil anti-angoisse. Le monde étant plus menaçant (récession économique, montée du terrorisme, grandes épidémies…) et la vie de chacun un espace plus menacé, l’ici et maintenant, sésame venu d’Asie, permet aux Occidentaux désorientés de traverser les zones d’incertitude et les épreuves. Construire l’avenir et exister Aujourd’hui, dans nos années 2000, notre capacité à vivre le présent semble prendre encore une nouvelle couleur. « La priorité de l’après sur le tout de suite domine », analyse Gilles Lipovetsky. Nous avons pris conscience que les ressources de la planète n’étaient pas infinies, que notre santé reposait sur une prévention à long terme, que l’avenir des générations futures naissait ici et maintenant. Nous faisons des choix conscients dans le présent (circuler à vélo, manger bio, éviter de prendre l’avion…) pour mieux préparer l’avenir.

Et puis « nous vivons une contraction du temps jamais expérimentée jusque-là, explique le prospectiviste Thierry Gaudin, en étant passés à la nanoseconde. Certaines machines vont aujourd’hui plus vite que nos neurones. Ajoutez à cela les nouveaux moyens de communication – téléphone, ordinateur portable –, où l’on peut être à la fois présent et absent à ce que l’on vit… Nos personnalités sont éclatées. Il y a urgence pour nous à travailler à être présents ». Etre présents à soi et au réel pour ne pas être emportés dans une vie dépourvue de sens, tel est l’enjeu. Il peut paraître simple, mais il s’atteint à travers une certaine forme d’ascèse. Nos esprits étant sans cesse « en promenade », balancés entre nos impressions du passé et nos rêves d’un avenir meilleur (le syndrome « passe ton bac d’abord » ou « quand je serai grand » dans lequel nous avons été programmés), nos préjugés et nos croyances, nous courons sans cesse le risque de laisser échapper le réel, et donc la vie.

Source: www.bienpublic.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails