#noprint {display: none;} // Hide unwanted elements body {background:fff; color:000;} // Black text on White background a {text-decoration: underline; color:00f;} //Underline Hyperlinks in blue }

lundi 24 septembre 2007

L’outil du diable

Un jour, fatigué, le diable décida de prendre sa retraite.
Comme sa couverture sociale n’était pas suffisante, il décida, pour arrondir ses fins de mois, de vendre sa trousse à outils.
Tout était là : la méchanceté, l’envie, la jalousie, la haine, l’avidité, la suffisance, le mépris, le cynisme, etc.
Mais l’un des outils était à part et semblait beaucoup plus usé que les autres. Intrigué, un passant lui demanda :
« Qu’est-ce que cet outil, et pourquoi le vendez-vous beaucoup plus cher que les autres ? »
Le diable répondit : « C’est le découragement ».
Mais l’autre insista : « Pourquoi vendez-vous le découragement beaucoup plus cher ? »
« C’est très simple. C’est l’outil le plus facile à enfoncer dans le coeur de quelqu’un. Et lorsque le découragement y a été introduit, il est beaucoup plus facile d’introduire tous les autres outils, quels qu’ils soient. »

Ne vous laissez pas décourager...


D’où viennent l’espoir et la volonté, qui sont les ennemis du découragement ? L’espoir naît d’une image positive, et la volonté, selon Condillac, est « un désir absolu et tel que l’on pense que la chose désirée est en notre pouvoir ».


J’ai remarqué qu’une bonne nuit de sommeil arrive à vaincre la plupart des découragements. Que l’image de la roue de la fortune – qui indique que lorsqu’on est en bas, on va bientôt remonter – peut aider, et que la pensée positive est la vitamine de l’espoir.
De même que l’enthousiasme – littéralement « avoir Dieu en Soi » - est une sorte d’obsession magnifique qui s’empare de notre esprit et l’enflamme, le découragement demande une grande capacité de concentration.


Voici la recette du Dr Ernest Fox pour se rendre malheureux :
« Installez-vous tranquillement dans un coin où vous ne serez pas dérangé.


Détendez-vous et commencez à penser à vous-même, peu importe quoi, pourvu qu’il s’agisse de vous. Pensez à vous et chaque fois que votre esprit s’égarera vers un sujet plus élevé, ramenez-le doucement mais fermement à son point de départ.


Si possible, évoquez le passé. Réfléchissez à toutes les erreurs que vous avez commises en remontant jusqu’à votre petite enfance. Pensez à touts les sottises que vous avez faites ou dites. Repassez dans votre esprit toutes les occasions que vous avez manquées et le temps que vous avez perdu.


Surtout, rappelez-vous le tort qui vous a été fait. Considérez minutieusement toutes les injustices dont vous avez été victime et songez combien vous seriez plus heureux à tout point de vue aujourd’hui, si les gens s’étaient mieux conduits à votre égard dans le temps.
Souvenez-vous nettement des vilains tours qu’on vous a joués et récapitulez-en les moindres détails, éprouvez autant de colère et de chagrin qu’autrefois au souvenir de l’incident. Même si une personne, en particulier, ne vous a jamais réellement offensé, rendez-vous bien compte qu’elle aurait pu le faire et que, d’ailleurs, elle a dû probablement mal parler de vous. Pensez à votre corps et demandez-vous si l’âge, le climat ou votre travail ne commence pas à le marquer. Voyez si vous pouvez vous découvrir une douleur ou une infirmité quelconque ; vous n’aurez probablement pas longtemps à chercher.


Pensez à votre situation, à vos ressources aussi sombrement que possible et même, si elles sont florissantes actuellement, dites-vous bien que c’est trop beau pour durer.
En tout cas, pensez à vous-même, c’est l’essentiel ; si vous le faites avec persévérance, pendant un quart d’heure ou vingt minutes, il n’y a aucun doute quant au résultat, votre but sera atteint. »


Je me suis amusé à écrire le texte opposé :
« Installez-vous tranquillement dans un coin où vous ne serez pas dérangé.
Détendez-vous et concentrez-vous sur votre corps. Sentez chaque cellule qui vibre, sentez votre coeur battre, votre respiration vous remplir d’énergie, le sang circuler dans vos veines.
Maintenant, pensez à une scène où vous vous sentez bien, en harmonie avec la nature. Invitez tous vos amis à cette fête. Au fur et à mesure qu’ils arrivent, ressentez les sentiments qui vous unissent, suivez les scènes et discussions intimes que vous avez partagées, les enthousiasmes et les passions qui vous unissent.


Évoquez avec eux le passé. Voyez tous vos succès, depuis votre plus tendre enfance. Pensez à tout ce que vous avez fait de bien, aux services que vous avez rendus, à ceux que vous avez aidés, à toutes ces épreuves dont vous êtes sorti vainqueur. Ressentez ce sentiment de victoire et la force qu’il diffuse en vous. Pensez à toutes les attentions qu’on a eu pour vous, à ces gestes qui vous ont touché, à la chaleur de l’amitié, au bonheur de l’amour.
Souvenez-vous du chemin parcouru, et dites-vous que c’est grâce à vos ressources personnelles que vous êtes parvenu à avoir ce que vous avez et à être ce que vous êtes.
Pensez à votre corps et réjouissez-vous d’être en vie, d’avoir l’usage de vos 5 sens, de sentir l’énergie couler en vous.


Sentez chaque partie de votre corps et si vous sentez une gêne ou une douleur, dites-vous « Ça va passer ». Vous faites confiance à votre corps pour se réparer de lui-même.
Pensez au futur, et voyez dans le détail vos projets se réaliser, ressentez la joie que cela va vous apporter. Dites-vous bien que tout vous est possible et que la vie vous réserve beaucoup d’autres surprises agréables.


Pensez à tout cela. Si vous le faites pendant 15 ou 20 minutes, en vous concentrant sur toutes ces pensées positives, il n’y a aucun doute, vous vous sentirez rechargé et votre but sera atteint. »
Qui dit découragement dit courage. Qu’est-ce que le courage ? Est-ce avancer sans avoir peur ? Non, cela c’est l’intrépidité. Le courage, c’est avoir peur, mais avancer quand même et brûler sa peur au feu de l’action.


Le mot-clef est action. En agissant positivement, on vainc le découragement.
L’autre mot-clef est la confiance en soi. C’est en vous aimant vous-même, en vous faisant confiance que vous choses.


Voici quelques exercices pour vous aider à avoir une meilleure confiance en vous.
Écrivez-le :
- Puis « Pourquoi ne l’ai pas encore ? » Écrivez la série de problèmes à résoudre pour atteindre votre but.
- Prenez chaque problème, trouvez-lui une solution et donnez-vous cette solution comme but.
- Hiérarchisez vos buts, du plus facile au plus difficile
- Donnez-vous des récompenses pour chaque but réalisé (vacances, cinéma, soirée en amoureux, etc)
- Souriez. Le sourire amène le sourire. Souriez à des personnes que vous ne connaissez pas.
- Faites des compliments. Non des flatteries, mais des compliments. En regardant le positif autour de vous, vous deviendrez plus positif sur vous-même et cela améliorera votre confiance en vous.
- Dites-vous : « J’ai confiance en moi, je fais confiance aux autres et à la vie. »
« Notre créativité a besoin d’une attitude positive. Nous devons être pleins d’espoir. Nous avons besoin d’enthousiasme. Nous devons nous encourager nous-mêmes jusqu’à obtenir la confiance en soi... la plupart d’entre-nous sous-emploient leur créativité en se décourageant ».
W. Osborn, créateur du « Brain Storning »

---------------------------------------------------------------------
Histoires Magiques
Du Club-Positif
Par Christian H. Godefroy

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails